J’existe !

Ma stéréotypie, mon petit geste chéri,
celui que je répète sans cesse,
car autour de moi on me blesse,
sans le vouloir…
Ma stéréotypie, ma stimulation, ma relaxation,
mon enfermement
oh combien utile !
Ma stéréotypie, témoin de mes envies,
de mes joies ou de mes craintes,
sans toi je n’ai plus de contour,
sans toi plus de monde autour,
sans toi, je n’existe pas.

(M.D.)