Accueil > Ressources en ligne > Etude sur le dispositif d’accueil médico-social pour enfants et adolescents présentant des TE...

Etude sur le dispositif d’accueil médico-social pour enfants et adolescents présentant des TED dans le Nord-Pas de Calais

Posté le 14 mars 2012 - Ressources en ligne

Le centre ressources autismes met à votre disposition une étude sur le dispositif d’accueil médico-social pour enfants et adolescents présentant des Troubles Envahissants du Développement dans le Nord-Pas de Calais.

Objet de l’étude :

Cette étude, demandée par l’ARS Nord-Pas de Calais, a pour objet de repérer les manques dans le dispositif médico-social d’accueil spécifique TED pour enfants et adolescents, à la fois sur le plan territorial (territoires de santé et zones de proximité) et sur l’offre dans le parcours de prise en charge selon les âges, et ceci tant pour les IME que les SESSAD.

Méthode :

Le recensement des places a été actualisé au 30 juin 2011. Le relevé a pris en compte les places installées et autorisées. Le contrôle des autorisations a été effectué auprès de chaque structure ou organisme gestionnaire.

Les données ont été organisées selon leur répartition géographique et les âges d’accueil, et mises en tableau pour faciliter la visualisation de l’offre et des manques.

Les constats :

1. Territoire de santé Métropole-Flandre intérieure :

1.1. Offre en IME :

Toutes les zones de proximité (ZP) ont une offre pour tous les âges, sauf pour les moins de 5 ans en Flandre intérieure.

8 établissements assurent cette offre, dont 2 expérimentaux, dont un ne fonctionne que les week-ends et vacances. Si on exclut ce dernier, seules deux solutions sont offertes aux moins de 6 ans* (rappelons que le diagnostic d’autisme se pose vers l’âge de 3 ans, parfois avant).

4 IME accompagnent les jeunes jusqu’à leurs 20 ans, dont un spécifiquement pour adolescents.

En Flandre intérieure, l’offre est concentrée sur un seul établissement (27 places en internat). Il a donc une zone de recrutement sur tout ce territoire de santé ainsi que sur son voisin du Littoral (ZP Dunkerquois et Audomarois). Il ne dispose d’aucune place en semi-internat.

* Rappelons que le diagnostic d’autisme se pose vers l’âge de 3 ans, parfois avant, ce qui engendre un besoin d’améliorer les réponses pour les 3-6 ans. Les solutions de prise en charge en CMP ou CAMSP, non spécialisés, sont limitées à quelques heures par semaine ; les hôpitaux de jour sont non spécialisés pour beaucoup, et l’école ne convient pas à tous les enfants.

1.2. Offre en SESSAD :

L’offre est concentrée sur la métropole, mais s’interrompt à l’âge de 16 ou 18 ans**. Un des SESSAD est expérimental et s’arrête à 12 ans. La ZP de Flandre intérieure n’a pas de place de SESSAD TED.

** Au moment de l’accès au lycée, où on trouve de plus en plus de jeunes avec autisme, ou de la sortie du système scolaire, où le besoin d’accompagnement est accru.

2. Territoire de santé Littoral :

2.1. Offre en IME :

Deux ZP sont totalement dépourvues : Audomarois et Boulonnais.

Les ZP du Dunkerquois et de Berck-Montreuil ont une offre complète (semi-internat et internat) sur deux établissements chacune, mais après l’âge de 5 ans pour le Dunkerquois.

Le Calaisis concentre son offre sur un établissement en semi-internat, à partir de 6 ans.

2.2. Offre en SESSAD :

Le seul SESSAD est situé dans la ZP du Calaisis, et est limité à l’âge de 12 ans. Or ce territoire est le plus étendu.

3. Territoire de santé Hainaut-Cambrésis :

3.1. Offre en IME :

Chaque ZP dispose d’un IME, dont deux accueillent dès l’âge de 4 ans, et tous jusqu’à 20 ans. Cependant la ZP de Sambre-Avesnois est la moins équipée : elle n’offre que 10 places à partir de 8 ans. Tous disposent de solutions en internat et en semi-internat.

3.2. Offre en SESSAD :

Seule la ZP du Valenciennois offre 10 places, celles-ci étant dévolues aux autistes de haut-niveau et porteurs du syndrome d’Asperger. L’efficience des 2 places du Cambrésis est à interroger car trop isolées pour être accompagnées d’un plateau technique spécialisé en autisme suffisant. Ce territoire peut être considéré comme non doté.

4. Territoire de santé Artois-Douaisis :

4.1. Offre en IME :

La ZP de l’Arrageois n’a aucune offre en IME. Les 3 autres zones ont chacune un établissement, mais seul le Douaisis accueille à l’âge de 3 ans, mais s’arrête à 16 ans.

4.2. Offre en SESSAD :

Si toutes les ZP offrent des places en SESSAD, seul celle du Douaisis permet l’accompagnement pour tous âges, les autres SESSAD s’arrêtant à 6 ou 9 ans.

Pistes pour une priorisation :

•Développer l’offre pour les 3 à 6 ans, en raison

  • – De la réalisation de diagnostics de plus en plus précoces ;
  • – D’une offre sanitaire (hôpitaux de jour) non lisible et en général non-spécifique, et où les pratiques recommandées sont diversement intégrées ;
  • – D’une offre en CAMSP non spécifique et insuffisante en temps de prise en charge ;
  • – Des recommandations HAS-ANESM pour les interventions (à paraître) : les prises en charge, notamment dans la petite enfance, doivent être suffisamment intensives et individualisées et s’appuyer sur des évaluations approfondies et un plateau technique formé à l’autisme ;

Développer une offre en SESSAD qui couvre 2 à 20 ans, dans toutes les ZP (ou à l’articulation de deux ZP selon densité de population)

•Développer une offre en IME dans le ZP non pourvues ou pour compléter l’existant au profit de l’ensemble des âges. Ce développement pourrait se faire sous forme de section (ou pôle) à condition que cette section soit dotée d’un nombre suffisant de places pour que le plateau technique puisse être spécialisé (éviter le « saupoudrage »). Quand l’offre est trop dispersée, chercher des regroupements entre plusieurs sections.

Favoriser les articulations IME – SESSAD pour une harmonisation et une continuité des parcours, avec la possibilité d’allers retours (IME-SESSAD sous une même direction ou sous forme de conventions, voire de Groupement de Coopération).

Expérimenter un modèle d’accueil et d’accompagnement 18-25 ans, permettant la continuité et l’articulation entre secteur enfance et adulte (convention SESSAD-SAMSAH par exemple).

Améliorer l’offre en internat, car si l’offre de l’ensemble de la région est de 127 places, les demandes sont fortes, et pas seulement pour les adolescents. Ces places doivent pouvoir comprendre des possibilités d’accueil partiel et temporaire sur chaque territoire de santé, ce qui n’est le cas que sur le territoire Métropole-Flandre intérieure.

Documents en téléchargement  :

Typologie de prise en charge et nombre de places TED par territoire de santé
Commentaires