Conseil’autisme n°8 – Comment favoriser l’attention ?

 

La cognition est l’ensemble des opérations mentales (langage, mémoire, raisonnement, perception, fonctions exécutives…) qui servent à traiter les informations venant de l’environnement.
L’attention est un prérequis à toute autre fonction cognitive.
L’attention est un prérequis à un apprentissage adéquat.

Les enseignants rencontrent des difficultés à attirer et à retenir l’attention des élèves avec autisme. Ces derniers ont des centres d’intérêts différents, ils ne comprennent pas toujours sur quel élément ils doivent fixer leur attention et nous ne savons pas utiliser suffisamment leurs motivations.

L’attention conjointe est définie comme une interaction triadique entre soi-même, l’autre et un objet. C’est la capacité d’orienter son attention et celle d’autrui sur un objet commun.
Les élèves avec autisme ont spécifiquement des troubles dans les comportements d’attention conjointe impliquant une autre personne” (Recommandations HAS mars 2010).
Les situations où l’élève avec autisme “décrochera” sont fréquentes : par exemple lorsque l’enseignant raconte une histoire, lorsque l’enseignant donne une consigne à l’oral, lors des temps de regroupement…

Il est donc important de proposer des actions favorisant et permettant de capter l’attention de l’élève, de réduire les distractions.
Il est important également de ne pas interpréter comme étant de la démotivation un premier « décrochage », il est parfois nécessaire de présenter une nouvelle fois le matériel et d’accompagner l’élève dans sa réalisation si nécessaire.
Attention aussi, certains élèves sont attentifs mais pas toujours à ce qui est attendu (l’attention de l’élève peut parfois se porter sur autre chose que ce qui est attendu…).
Ils peuvent parfois aussi paraitre inattentifs (regard périphérique par exemple) alors qu’ils participent à l’activité.

Capter l’attention ou utiliser un autre outil pour attirer l’attention :

  • – Solliciter l’élève individuellement au moment de donner la consigne afin d’attirer son attention (enseignant, AVS). Certains élèves autistes ne parviennent pas à être attentifs à deux modalités sensorielles à la fois (écouter et regarder par exemple).
  • – Vérifier qu’on a “capté” son attention avant de donner la consigne.
  • – Eventuellement “établir” ou “rétablir” un contact visuel (attention, on ne doit pas l’exiger, cela dépend des élèves).
  • – Aider l’élève à remobiliser son attention en cas de « décrochage » par des mots, des gestes, un contact physique (toucher la main par exemple peut suffire), un support visuel (objets, photos, images, pictogrammes…).
  • – Pour certains élèves, il est parfois nécessaire aussi de se recentrer sur la posture (bras croisés, pieds au sol, dos bien adossé, corps proche de la table…), d’autres ont besoin de bouger.
  • – Utiliser les mêmes mots pour répéter la consigne pour éviter que l’élève pense qu’il s’agit d’une autre consigne.
  • – Veiller à laisser à l’élève le temps nécessaire pour qu’il traite l’information (cela varie et peut parfois sembler un peu long).

En apportant des aides qui contiennent l’élève, lui apportent du confort, le rassurent :

  • – Envisager une place stratégique :
    • – près du tableau
      – en périphérie du groupe
      – éloignée des néons
      – à l’écart des stimuli
      – utiliser si besoin un paravent de table fabriqué à l’aide de calendriers épais recouverts de tissus :

 

 

 

 

 

 

 

  • Réduire le plus possible les distractions liées à l’environnement (exemple : limiter les affichages).

Pour les élèves qui ont des difficultés sensorielles :

  • Proposer un casque ou des bouchons d’oreille pour diminuer le bruit (si hyper sensibilité aux bruits).
  • Veiller à la bonne position de l’élève. On peut proposer un siège contenant, avec accoudoirs et repose-pieds par exemple.
  • – Si l’élève a des difficultés à rester en place et que cela est dû à une sensibilité vestibulaire, on peut proposer un coussin spécial.
  • – Tolérer la mise à disposition d’un objet choisi que l’élève peut ou non manipuler ou tenir.

Stratégies à court terme :

  • – Utiliser un objet sonore pour attirer l’attention de l’élève ;
  • – Utiliser un petit geste ou dire un petit mot de rappel ;
  • – Alerter l’élève : « écoute », « regarde » … ;
  • – Redire le prénom de l’élève avant l’annonce de la consigne ;
  • – Attirer l’attention de l’élève en imitant son comportement ;
  • – En cas de fuite de l’attention, parfois préférer un rappel à l’ordre visuel plutôt que verbal ;
  • – Permettre à l’élève de bouger pour qu’il puisse se recentrer sur l’activité ;
  • – Ecarter tous les objets inutiles de la zone de travail ;
  • – Autoriser l’élève à se boucher les oreilles s’il y a trop de bruit.

Comment augmenter la durée des moments d’attention :

  • – Commencer et terminer la séquence de travail par une activité maîtrisée et appréciée.
  • – Alterner les tâches qui sollicitent l’élève avec les tâches qui rassurent l’élève.
  • – Utiliser un outil permettant de visualiser la durée de l’activité (Le Time-Timer, le sablier) :

 

 

 

 

 

 

 

 

Utilisation de repères visuels :

– Utiliser le plus souvent possible des aides visuelles pour soutenir l’attention et la compréhension de l’élève.
Exemples :

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Comment favoriser l’attention pendant les temps de regroupement ?
(Écoute d’albums, rituels, comptines, écoute musicale, atelier de langage…)

 

  • Reproduire les supports utilisés par le groupe classe et les donner de manière individuelle à l’élève :

 

 

 

 

 

 

 

 

Donner le même album à l’élève :

 

 

 

 

 

 

 

 

  • Pour les temps de comptines, donner à l’élève :
    • – un support visuel correspondant à la comptine
    • – une petite marionnette à doigts correspondant à la comptine :

 

 

 

 

Connaître les centres d’intérêt  de l’élève avec autisme

Une des raisons qui empêche parfois la personne avec autisme de fixer son attention est que nous ne savons pas faire appel à ses centres d’intérêt. Pour découvrir les intérêts et les motivations de l’élève qui serviront de point de départ, il faut se renseigner auprès des familles : « qu’est-ce qui va aider l’élève à progresser ? ». Exemple : un élève aime particulièrement un personnage de dessins animés, on pourra utiliser cette motivation dans des activités de tri ou de reconnaissance.
Attention à s’en écarter aussi vite que possible (estompage).
Attention encore, pour certains cela sera trop envahissant…

 

Fiche conçue en 2013 et mise à jour en 2016

Téléchargez cette fiche au format PDF

  • Cette fiche est la propriété du centre ressources autismes Nord-Pas de Calais.
  • Elle peut être librement utilisée, à la condition de l’attribuer à son auteur en citant son nom.
  • Elle ne peut faire l’objet ni d’une modification, ni d’une utilisation commerciale.