Accueil > Présentation du groupe A.R.A. (Action – Recherche – Adaptation) > Publications du groupe A.R.A. > Fiches ARA – CONSEIL’ AUTISMES > conseil’autismes n°1B – Comment choisir l’aide visuelle la plus adaptée ?

conseil’autismes n°1B – Comment choisir l’aide visuelle la plus adaptée ?

  • Les conseils proposés dans cette fiche supposent que l’aide visuelle soit utile aux apprentissages de l’élève.

En quoi est-ce important de bien choisir l’aide visuelle adaptée ?

  • • L’aide visuelle permet de favoriser la compréhension et la communication.
    • Si l’aide n’est pas adaptée au niveau de symbolisation et de compréhension de la personne elle sera inefficace.

Quelle est la première étape ?

Identifier le niveau d’accès à la symbolisation de la personne avec autisme (voir les fiches Savoir’autismes 2 et Conseil’autismes 1).

  • Rappel :
  • Il est important de repérer la forme de communication la plus appropriée pour l’élève avec autisme. Le tableau suivant reprend chacune des alternatives possibles. L’évaluation (identification du niveau) doit donc porter sur chacune de ces alternatives.

 

                   —————————————————————————————————————–> Accès au sens

Tableau : support à l’évaluation d’une forme de communication, du niveau de représentation.
A compléter en fonction de chaque élève

Niveau de compréhension et adaptations

En testant la capacité de la personne :

Cf : “Evaluer la communication et intervenir. Manuel d’utilisation pratique”. VERPOORTEN, Roger ; NOENS, Ilse ; VAN BERCKELAER-ONNES, Ina. Bruxelles : De Boeck, 2012. 138 p.

Niveau sensitif :
• C’est la sensation qui fait sens, la personne perçoit son environnement grâce aux qualités sensorielles des objets.
• L’objet présenté n’est apprécié que pour la sensation qu’il procure.
• L’élève n’a pas accès à la notion de pareil-pareil.

 

L’enfant « met du sens » à cet objet en le flairant, en le touchant…

 

Niveau présentatif :
La personne a acquis la notion de pareil.
• Elle peut associer : deux objets, deux photos, deux images, deux pictogrammes parfaitement identiques.

 

 

Pour faciliter la compréhension, l’élève retrouvera la forme de communication (photos, images, pictogrammes) sur plusieurs lieux afin d’en faire l’association. Par exemple «l’image » représentant « l’activité informatique » dans son emploi du temps visuel devra également se trouver à côté du poste informatique.

Niveau représentatif :
La personne commence à mettre du sens, à élaborer les concepts :
• Elle peut associer un objet concret à son image, sa photo, son pictogramme.
• Elle peut catégoriser : associer plusieurs images différentes représentant un même concept.

Exemple : ces trois crayons :

 

 

• L’élève peut se représenter des choses non explicitement vues ou dites.
• L’élève peut généraliser.
• On peut donc utiliser ce support sans avoir besoin de le retrouver en association. C’est le début de l’accès au sens.

Niveau méta-représentatif :
• La personne peut émettre des opinions, donner son avis…
• Le niveau méta-représentatif est peu retrouvé chez les personnes avec autisme.

Exemple d’utilisation avec un emploi du temps :

(La démarche peut s’appliquer pour les consignes et pour les situations de communication).

L’élève est au niveau présentatif (pareil/pareil) :
Chaque carré de l’emploi du temps représente une photo d’une activité que l’élève pourra décrocher et amener jusqu’à sa table de travail ou le lieu de l’activité.

 

 

 

 

 

 

Sur la table de travail, l’élève retrouvera la photo de l’activité

Attention !
A ce niveau de compréhension, il est conseillé d’utiliser les supports de représentation du temps qui passe (schéma d’activités, emploi du temps…) avec prudence (après une évaluation).  L’emploi du temps ne doit pas être un support de choix mais un outil d’aide à la compréhension.

L’élève est au niveau de la représentation :
• L ’élève n’a plus besoin de support d’appariement.

Exemple de consignes :

L’élève est au niveau représentatif :
• On peut placer ce pictogramme au coin de la feuille pour qu’il comprenne ce qu’il doit faire :

 

 

 

 

L’élève est au niveau présentatif :
• On va utiliser la photo de son propre crayon.

Conseils :

Lorsque c’est possible, se rapprocher de l’orthophoniste qui accompagne la personne pour vous aider à identifier le niveau d’accès à la symbolisation.

Attention !

• Il est nécessaire de réévaluer régulièrement (en situation concrète) si les aides visuelles proposées sont adaptées.
• Il est indispensable de respecter la forme de communication (est-ce que je vais utiliser l’objet ?, la photo ?, le mot écrit ? ) qui apporte le plus de sens à l’élève avec autisme.
• Les niveaux d’accès à la symbolisation peuvent être différents d’un support de communication à un autre.
• Attention de ne pas aller trop vite et préférer un niveau de symbolisation que l’élève maitrise.
• Selon les personnes le support visuel pourra être horizontal ou vertical.

 

Fiche conçue en 2009 et mise à jour en 2016

Téléchargez cette fiche au format PDF

  • Cette fiche est la propriété du centre ressources autismes Nord-Pas de Calais.
  • Elle peut être librement utilisée, à la condition de l’attribuer à son auteur en citant son nom.
  • Elle ne peut faire l’objet ni d’une modification, ni d’une utilisation commerciale.